La foi, la piété, la ferveur

 

Le chapitre 4 de l’épître aux Colossiens contient une recommandation concernant la prière, qui est récurrente dans le Nouveau Testament :

Verset 2 : « Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces. Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes, et le faire connaître comme je dois en parler ».

Un peu plus loin (verset 12), Paul raconte aux Colossiens : « Epaphras, qui est des vôtres, vous salue: serviteur de Jésus-Christ, il ne cesse de combattre pour vous dans ses prières, afin que, parfaits et pleinement persuadés, vous persistiez dans une entière soumission à la volonté de Dieu. »

Plusieurs pensées fortes se dégagent de ces deux versets :

1. les auteurs ne nous donnent pas de modèle de prière ou de méthode de prière, mais ils nous montrent qu’ils sont des modèles de prière : « nous ne cessons pas de prier » … « Epaphras ne cesse de combattre pour vous dans ses prières ». Nous remarquons que ces géants de la foi n’ont pas modélisé le combat spirituel ou la recherche de l’intériorité, mais ils ont incarné leurs enseignements en plaçant la barre de l’exemple très haut : ceux et celles qui veulent les imiter savent la direction !

Paul prie toujours et en tout temps et le Saint-Esprit nous montre un homme qui a une grande foi, un grand ministère avec de grands résultats, dans lequel le surnaturel est présent … et qui prie beaucoup.

Nous voyons au travers de son exemple qu’il existe une différence notable entre la foi, la piété et la ferveur.

La foi, c’est le fait de croire et la capacité d’entrer en communion avec Dieu. La piété, c’est le fait de pratiquer la présence de Dieu, et « d’ajouter à la foi : la vertu et à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l'amour fraternel, à l'amour fraternel la charité » (2 Pierre 1/5). Mais la ferveur, c’est ce qui va pousser le croyant dans une prière ardente :  

« Nuit et jour, nous prions Dieu avec une extrême ardeur de nous permettre de vous voir, et de compléter ce qui manque à votre foi.» (1 Thessaloniciens 3/10) et « Je rends grâces à Dieu, que mes ancêtres ont servi, et que je sers avec une conscience pure, de ce que nuit et jour je me souviens continuellement de toi dans mes prières » (2 Timothée 1:3), et Colossiens 1/3 « Nous rendons grâces à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, et nous ne cessons de prier pour vous, ayant été informés de votre foi en Jésus-Christ et de votre charité pour tous les saints, cause de l'espérance qui vous est réservée dans les cieux, et que la parole de la vérité, la parole de l'Evangile vous a précédemment fait connaître.»

2. Paul demande la prière pour lui : il a l’humilité de le faire, mais ce n’est pas seulement de l’humilité, c’est du réalisme spirituel. Car nous sommes un corps. Nous avons en face de nous une adversité qui travaille jour et nuit elle aussi, sans relâche, à combattre et s’opposer à la sagesse de Dieu. Et cette tension continuelle conduira les hommes sans Dieu à s’unir pour combattre l’Agneau (Apocalypse 17). Cette demande « priez pour nous » est destinée à nous enseigner, nous qui croyons que les ministères en vue sont là pour prier pour nous.

3. Le Saint-Esprit, par la bouche de Paul, encourage les chrétiens à prier et il les avertis : « persévérez …». Souvenons-nous que Paul s’adresse à des chrétiens dont la foi en Jésus-Christ est connue et reconnue, ainsi que l’amour qu’ils ont pour tous les saints (Colossiens ¼). Néanmoins, ils ont besoin d’entendre cette exhortation : « persévérez dans la prière ». Parce que tout n’ira pas tout seul. Et ce n’est pas parce que nous sommes le temple du Saint-Esprit que les choses sont achevées. Et d’une manière constante, le Saint-Esprit revient sur le sujet : attention. Affermis ce qui reste. Fortifie-toi, sois ferme. Priez sans cesse.


Tensions autour de la prière

La prière est TOUJOURS l’objet d’une lutte. Il y a toujours de la tension autour de la prière, avant la prière, pendant la prière et même parfois après la prière. Reconnaissons que les obstacles intérieurs et extérieurs sont nombreux. Dans l’invisible, une pression spirituelle antagoniste s’oppose à ce que les croyants prient et se livrent à la prière. Et à l’intérieur, nous pouvons être assaillis de pensées, de soucis, d’anxiété, de doute à propos de mille choses. Nous savons tous le défi de trouver du temps de bonne qualité pour chercher et pratiquer la présence de Dieu. Pourquoi ? Parce que la prière fait de nous des acteurs du plan de Dieu et des combattants de la guerre de Dieu.
Paul dit qu’Epaphras « ne cesse de COMBATTRE pour vous dans ses prières, afin que, parfaits et pleinement persuadés, vous persistiez dans une entière soumission à la volonté de Dieu ».

Pourquoi la prière est-elle importante ?

Parce que dans un monde qui nie l’existence de Dieu, la prière, ma prière, votre prière, est une affirmation de l’existence de Dieu et de son amour. C’est à chaque fois une lumière que j’allume dans les ténèbres.

Parce que celui qui prie CLAME que Dieu est vivant et qu’il entend. Et qu’il exauce. Vous avez remarqué combien les prières de Daniel IRRITENT les puissants ?

Parce que les prières confirment ce que nous sommes spirituellement, et nous avons besoin de cette confirmation : que nous sommes la maison de Dieu.

Parce que la prière est la clé du réveil : le réveil personnel, et le réveil de l’Église. Sans réveil, pas d’impact sur une génération perverse. Sans prière, pas de réveil personnel, pas de marche dans l’onction. C’est pourquoi l’adversité de Dieu, les puissances spirituelles mauvaises, les esprits de méchanceté, exercent une pression constante CONTRE la prière.
« Tous d'un commun accord persévéraient dans la prière… Ils étaient tous ensemble dans le même lieu, tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent impétueux » (Actes 1/14 et 2/1)… La prière a toujours été et sera toujours la clé du réveil.

"LES Réveils FIGURENT PARMI LES DROITS Privilégiés DE L'Église... UN Réveil SIGNIFIE DES CONDUCTEURS AVEC UN COEUR BRISE. UN Réveil SIGNIFIE UNE Église SUR SES GENOUX CONFESSANT SES Péchés - LES Péchés DES INDIVIDUS ET DE L'Église - CONFESSANT LES Péchés DE SON TEMPS ET DE LA Communauté." - E.M. Bounds
    

Extrait de la bio : E. M. Bounds naquit aux Etats Unis le 15 août 1835 et mourut le 24 août 1913.
« Quand le frère Bounds arriva à Franklin, il trouva l'Église dans un état désastreux. " Sur le champ il alla chercher une demi-douzaine d'hommes qui croyaient réellement dans la puissance de la prière. Tous les mardi soirs, ils se mettaient à genoux pour prier pour un réveil, pour eux-mêmes, pour l'Église et pour la ville. " Pendant plus d'un an, ce groupe fidèle invoquait le Seigneur jusqu'à ce que Dieu réponde finalement par le feu. Le réveil est descendu sans qu'il y ait eu auparavant d'annonce ou de plan, et sans que le pasteur fasse venir un évangéliste pour l'aider. »
« Il devenait de plus en plus apparent que E. M. Bounds était doué pour construire et raviver l'Église. Ce prophète de la prière rendait souvent les prédicateurs mal à l'aise par son appel à la sainteté et ses attaques contre l'avidité pour l'argent, le prestige et le pouvoir. " Son appel constant au réveil ennuyait ceux qui croyaient que l'Église était essentiellement saine... " Dieu lui donna un grand mandat dans la prière, ce qui requérait une intercession journalière. Il labourait dans la prière en vue de la sanctification des prédicateurs, le réveil de l'Église en Amérique du Nord et l'extension de la sainteté parmi les chrétiens professants. Il passait un minimum de trois à quatre heures par jour dans la prière fervente ».

 


© 2020 Tous les droits sont réservés.

Site créé par REVELEREVELE.ART